Photos du ciel sans télescope

1) Le ciel sans télescope

Il est évident que voir les éléments du ciel dans un télescope ou une lunette astronomique est un spectacle magnifique. Mais, regarder le ciel à l’œil nu est différent mais tout aussi beau, voire poétique. On a une vue plus globale qui nous permet d’admirer la forme des constellations qui diffèrent dans le ciel suivant les saisons. On ne voit pas Orion en été, on ne voit pas le Scorpion en hiver, mais on voit Cassiopée et la Grande Ourse toute l’année. On peut aussi approfondir les légendes des mythologies de l’Antiquité qui ont contribué à ce que les hommes leur donnent certains noms.

Orion est une constellation d’hiver, mais on peut la voir en fin d’été à des heures avancées de la nuit.

Toutes les photos qui suivent ont été prises avec un APN Nikon 5200 sur pied (Poses de 1/4 s à 30 s) et objectif Nikkor 18~70 mm. Photos Olivier Sabbagh.

Ici, Orion apparaît en majesté vers le Sud à plus de 4h00 du matin. On distingue clairement Bételgeuse (étoile géante rouge en haut à gauche du quadrilatère de la constellation). De même, on voit Rigel, très proche de l’arbre de droite, (étoile géante bleue, diamétralement opposée à Bételgeuse). Plus bas à gauche se trouve l’étoile la plus brillante du ciel, Sirius dans la constellation Grand Chien.

↑  Photo du haut avec une mise en valeur des arbres grâce au flash. Photo du bas, 20 secondes de pose. ↓

Trois photos montrant le triangle d’été, astérisme qui relie les 3 principales étoiles de la Lyre, du Cygne et de l’Aigle. Comme son nom l’indique on le voit en été.  ↓

La constellation d’été du Scorpion, difficile à voir en entier sous nos latitudes. Elle est ici accompagnée de Mars et de Saturne.  ↓

La constellation d’été du Sagittaire, reconnaissable à l’astérisme de la « théière » en son centre.  ↓

La Grande Ourse – En fait, cet astérisme qu’on appelle généralement « la grande casserole », n’est seulement qu’une partie des étoiles de la Grande Ourse 

La Grande Ourse, la Petite Ourse et Arcturus (à gauche, étoile principale de la constellation du Bouvier) ↓

↑  Constellation d’Orion, deux manières différentes de poser pour des résultats opposés. ↓


2) Photos circumpolaires

Qu’est-ce qu’une photo « circumpolaire » ? Comme son nom l’indique c’est une photo dont le sujet sera de mettre en scène ce qui se passe autour du Pôle Nord céleste, autour de l’étoile polaire, Polaris.

Le procédé consistera à mettre un appareil photo numérique, doté d’un intervallomètre, sur un pied fixe et de pointer l’appareil vers le ciel, en incluant dans le panorama (mais pas forcément au centre) l’étoile polaire. L’intervallomètre servira à prendre automatiquement une série de clichés en pose (d’une durée variable à définir, de quelques secondes à quelques minutes) séparés par des intervalles sans photos (à définir aussi, en fonction des effets recherchés). Ensuite, on prendra une partie sélectionnée des photos que l’on assemblera par superposition via un ordinateur, pour générer la photo finale, résultante des clichés choisis. Il est fortement recommandé d’inclure dans la photo un ou plusieurs éléments de décor (un bâtiment, des arbres, une montagne, …) pour rendre la photo moins « terne ».

Il y a de nombreuses variantes possibles dans les photos circumpolaires, place à l’imagination et à la réalisation de chacun…

Photos de Cédric Zamora (GAP47). En haut, prise à l’observatoire  ↑
En bas, prise lors des RAAGSO 2018 ↓

Photo de Pierre Valat (GAP47) en 2019  ↓

Photo de Pierre Bignone (GAP47). Pose 30mn avec appareil Olympus OM1, objectif 50 mm  ↓